Focus sur la conception de la couverture du Septième continent

Thriller SF à retrouver dans la collection ” Enquêtes Fantastiques “

La conception d’une couverture est un processus long et laborieux, qu’il est important de bien mener. En effet, la première de couverture est l’outil marketing numéro un de l’édition. C’est l’élément qui fera que le livre sera pris en main par les lecteurs en librairie et l’amènera à lire le résumé sur la quatrième.

Traditionnellement, c’est l’éditeur qui choisit un illustrateur et lui dicte ses attentes. Chez Oneiroi, on a décidé de travailler un peu différemment en intégrant l’auteur au processus : il peut proposer des artistes qui lui plaisent ou qui pourraient correspondre à son texte et il est consulté quant à l’ambiance qu’il conviendrait de mettre en avant sur la couverture, sur des éléments qui lui semblent importants ou évocateurs. La méthode consiste donc en la mise en place d’un brainstorming pour dégager quelques bonnes idées. En cas de désaccord, l’éditrice reste tout de même seule décisionnaire.

Une fois l’illustrateur trouvé et l’idée générale réunie, vient le temps des premières esquisses. Cette étape est la plus compliquée car elle regroupe plusieurs acteurs, l’auteur, l’éditeur et l’illustrateur, qui ont chacun un bagage culturel, une interprétation du texte et une projection de la future illustration très différents. Pour concevoir une couverture, il faut réussir à concilier ces trois points de vue.

Une fois l’illustrateur trouvé et l’idée générale réunie, vient le temps des premières esquisses. Cette étape est la plus compliquée car elle regroupe plusieurs acteurs, l’auteur, l’éditeur et l’illustrateur, qui ont chacun un bagage culturel, une interprétation du texte et une projection de la future illustration très différents. Pour concevoir une couverture, il faut réussir à concilier ces trois points de vue.

Pour la réalisation de la couverture du Septième continent, les trois acteurs en question, Camille Ragot (l’éditrice), Norman Jangot (l’auteur) et Elfenn (l’illustratrice), ont chacun un caractère fort, ce qui n’a pas facilité les choses dans un premier temps, vous imaginez bien.  ^^ Mais ce fut aussi un avantage : chacun a amené des idées fortes, fait valoir son point de vue sur celles des autres et des choix ont ainsi pu être faits.

Camille a imposé ses contraintes éditoriales, à savoir, principalement la cohérence de la collection entièrement pensée en noir et blanc. Norman était la référence pour la concordance avec l’univers du roman. Elfenn a apporté son œil technique et artistique à l’ensemble.

Entre chaque esquisse, Camille et Norman faisaient remonter leurs remarques à Elfenn qui s’appliquait à les mettre en œuvre ou les refusait pour des raisons d’ordre technique ou artistique. L’éditrice a demandé des éléments supplémentaires à l’illustration principale : le portrait de l’auteur en ombre chinoise, un élément que l’on retrouvera sur toutes nos quatrièmes de couverture ; et Roger, le hamster, mystérieux personnage qui parsème le récit de Norman Jangot et cherchant désespérément à fuir l’enfer dans lequel il se trouve… Il s’agit d’un clin d’œil à un détail du roman que nous vous invitons à découvrir. 

Somme toute, le travail a été mené dans la bonne entente, dans une ambiance propice au débat pour finalement aboutir à cette superbe couverture, montée par notre graphiste bnvlvgl.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *